REGIE










REGIE



génération-trail


Generation-trail

















Le Grand Trail du Lac !


Le succès au rendez-vous de cette 3ème édition !
Dimanche 16 octobre, des centaines de coureurs ont livré bataille au Grand Trail du Lac, sur les singles en balcons autour du lac du Bourget. Une superbe troisième cuvée aux saveurs automnales qui s’est jouée à guichets fermés, sous un temps clément.

Une bonne adresse !
Déjà trois éditions que la Grande Course du Lac s’est transformée en Grand Trail du Lac, comblant les amateurs de singles avec son tracé varié, savant mélange entre lac et montagnes, rives et crêtes, sur des passages tantôt techniques et aériens, tantôt bucoliques ou roulants mais toujours aux panoramas sublimes.

Une réputation d’exigence et de beauté ainsi qu’un fort capital sympathie qui ont permis à cette mouture 2016 d’afficher complet sur ses deux distances de 34km/2050m+ solo et 75km/3600m+ solo, relais 2 et 4, avec 750 inscrits au total.

Un succès qui fait la fierté de Florent Hubert (également organisateur de l’Echappée Belle), soutenu par toute son équipe de bénévoles. Anciens ou petits nouveaux, tous ont répondu présent à son appel avec enthousiasme. A l’accueil, au retrait des dossards, installateurs, ravitailleurs, contrôleurs, aiguilleurs et bien d’autres encore, chacun de ces 80 bénévoles a oeuvré avec coeur pour que la fête soit belle! Une énergie et une bonne humeur « longue durée » communicatives, comme en témoignent les nombreux remerciements et mots d’encouragements des coureurs.


La promesse de l’aube
Ils sont 316 solos et relayeurs à s’élancer du Bourget-du-Lac à 5h, à la lueur des frontales, vers 75km d’aventures, dont Pierre-Loïc Deragne, co-vainqueur 2015, Sébastien Gérard (team Hoka Les Saisies), le raideur Sylvain Montagny (team Vibram) en solo et Ugo Ferrari (team Adidas) sur le relais à 4...

En hors d’oeuvre, 10km d’échauffement bitumés, le long du lac, avant de s’élever vers le premier massif à battre, la Chambotte, noyée dans les brumes. Une brume qui finira par se dissiper pour ne laisser qu’une mer de nuages en contrebas, avant de céder définitivement la place, laissant le soleil baigner le belvédère de la Chambotte et les superbes crêtes de Cessens de ses couleurs dorées, le lac se dévoilant enfin!

Cap ensuite sur la raide bascule vers le port de Châtillon avant les bords plats du canal de Savière, puis la bosse vers Chanaz. 

Outre la beauté du tracé, l’ambiance est un des points forts du GTL. A chaque ravito son atmosphère, scintillante en bord de plage pour Châtillon, garden party pour Chanaz et montagnarde pour Brison, la Chambotte, Ontex, le Col du Chat et le relais de l’Aigle, avec, comme dénominateur commun, des bénévoles souriants aux petits soins, des soupes de nouilles et des patates fumantes, très plébiscitées, ainsi qu’un public nombreux et motivant.


Coup de dent !
Chanaz, km42. Sébastien Gérard, victime de douleurs dorsales, rend les armes.

Assez ouverte sur la première partie, c’est ici, sur cette seconde portion qui s’amorce, que va réellement se déterminer l’issue de la course chez les solos messieurs de la distance reine. C’est aussi ici que les 271 engagés sur le 34km vont désormais unir leurs efforts à ceux du 75km, s’élançant à 10h, avec un Robin Cattet (Team Hoka) en belle forme, se plaçant très rapidement seul aux avant-postes, calant plusieurs minutes entre lui et ses adversaires.

Prenant peu à peu de l’altitude, tous s’élèvent d’abord vers Ontex, avant de gagner le col du Chat, km61, pour la partie la plus mordante du tracé ! Au coeur du Mont du Chat les attend le juge de paix, l’ascension de 4km/850m+ vers le Molard Noir, avant le relais de l’Aigle, points hauts, foulant le pied de la célèbre Dent du Chat. C’est à bout de souffle et les jambes en feu qu’ils surgissent de cette folle grimpée!

Mais quel spectacle! Le Lac du Bourget s’offre au regard et, au loin, le Mont Blanc, les Bauges. Malgré la dureté de l’effort, les sourires sont toujours là et nombre de trailers s’arrêtent sur les flancs du Molard Noir pour une pause panoramique au soleil !

Au relais de l’Aigle, 1km plus loin, chacun prend le temps de se ravitailler tout en admirant la vue somptueuse, sachant qu’une dernière descente très difficile de 6km/1200m-, technique à souhait, se place encore entre eux et la victoire !

Fort de 11min d’avance à ce point du parcours (km66), la victoire de Robin Cattet sur le 34km ne fait pratiquement plus aucun doute. Il bouclera effectivement premier en 3h11, battant le record de plus de 13min, suivi par Nicolas Tauty (3h26min24s) et Sébastien Colin (3h26min45s).

Chez les dames, Amandine Galindo, en tête à chaque check point, avec toujours un peu plus d’avance, passe la ligne victorieuse en 4h25, suivie par Solenne Mailler (4h34) et Valérie Chabirand (4h36).

Chez solos 75km, le top cinq messieurs se bouclera aussi au relais de l’Aigle, Sylvain Montagny pointant avec 5 min d’avance, suivi par Julien Gonthier, Quentin Deshoulles, Pierre-Loïc Deragne et Nathan Gay-Pageon.

Au final, Sylvain franchit la ligne sur un chrono record canon de 8h, soit 14min de moins que le temps 2015. Julien Gonthier (8h09) et Quentin Deshoulles (8h13) complètent ce podium.

Côté dames, les deux premières places sont locales, avec une Zuzana Chateau s’imposant largement en 9h50, ayant su placer une conséquente avance sur les pentes de la seconde partie entre elle et Nadège Cavagna, qui franchit la ligne près de 36 minutes plus tard (10h26). Le podium est complété par la belge Laura Van Vooren en 11h06.


Suspense !
Chez les relais à 2, belle performance de l’équipe « les jeux de mots laids » formée par Hugo Maillet et Antoine Brunet.  Légèrement en tête sur le début du tracé, Hugo est courtement dépassé dans le secteur de la Chambotte par Nicolas Bié de l’équipe de l’AL Voiron, avec 12 min d’écart au passage de relais à Chanaz. Antoine, relais d’Hugo, réduit ensuite les distances peu à peu, pour ne laisser, au Relais de l’Aigle, que 2min d’avance au second relayeur de l’AL Voiron, Nicolas Miguet, avant de le doubler pour franchir l’arrivée avec 21 secondes d’avance. Une victoire sur un temps record de 7h40min43s, soit près de 35 minutes de moins qu’en 2015 et une belle seconde place au scratch pour l’équipe de l’AL Voiron, en 7h41min04s!

Chez les mixtes, victoire pour Marlène Thierry et Arnaud Geoffriaud, équipe Trail Outdoor 69 en 9h10 et sur le relais féminin, le duo Anaïs Cante/Julia Crochet l’emporte en 9h44.

Chez les relais à 4, les Ferrari ont brillé en famille, les deux frères, Ugo et Aubin, et Philippe, le papa, passant chacun leur relais en première position, laissant le soin à la maman Marie-Laure, traileuse d’expérience au pied montagnard, de boucler l’exigeante dernière partie. Elle ne fera effectivement qu’une bouchée de l’infernale montée, pointant en tête au Relais de l’Aigle, avec une courte avance sur Boris Passerat, dernier relayeur de l’équipe messieurs du Beaujolais Pro Team (composée également de Rémi Passerat, Hubert Filiol et Sébastien Jomard), qui la doublera, juste avant l’arrivée.

Victoire au scratch donc pour le relais hommes du Beaujolais Pro Team en 7h43min29s, la « Scuderia Ferrari » remportant le relais mixte en 7h44min39s. La victoire chez les dames est pour l’équipe du GUC Triathlon/BGSA formée par Caroline Marinho, Raphaëlle De Almeida, Frédérique Bertaud et Jeanne Bougnol en 9h11.


C’est fini les amis!
A l’Espace la Traverse au Bourget-du-Lac, les arrivées se succèdent sous le soleil, la pelouse est prise d’assaut et l’ambiance est à la détente, animée par Alexandre Parent au micro et le DJ Vincent Reveille.

Pendant que les uns savourent bières, colas et autres cafés, les autres se régalent du repas traiteur «spécial burritos» servi par Jean-Luc Rouvière, tandis que l’équipe de podologues et de kinés remet les plus crampés de leurs émotions musculaires.

Une belle journée, sportive et conviviale, unanimement appréciée, clôturée en beauté par la remise des prix. 

Tous les résultats sur http://www.L-Chrono.com/resultats-grand-trail-du-lac-2016

Témoignages :
Sylvain Montagny, gagnant solo sur le GTL 75km :
«Le Grand Trail du Lac a la particularité de regrouper une grande variété de formats en une seule épreuve : une partie de nuit (avec la pleine lune en cadeau), des sections roulantes le long du lac, de jolis singles techniques spécialement aménagés et enfin une forte dénivellation sur la dernière partie. Nous avons eu des conditions idéales ce dimanche pour profiter au maximum de l'épreuve. La course en tête est partie très vite, sûrement boostée par la présence des relayeurs, et c'est seulement à mi course que j'ai pu apercevoir les premiers. J'espérai que les fortes pentes côté ouest du lac seraient à mon avantage et ce fut bien le cas. Les panoramas offerts sur la fin de course sont superbes et permettent bien souvent de faire oublier les défaillances physiques après 8h de course.»

La Scuderia Ferrari : gagnants cat. mixte sur le GTL 75km, en relais à 4, avec Ugo, Aubin, Philippe et Marie-Laure : «C’est à Ugo qu’incombait la tâche de débuter le relais. Après 11km le long du lac à vive allure, le premier ravito à Brison marque le début des difficultés. Accompagné du premier solo, il dépasse alors un autre relayeur parti en tête. Sa frontale donnant quelques signes de fatigue, il reste patiemment avec le solo qui progresse sur un très bon rythme. Arrivés à la Chambotte, une petite erreur les fait aller directement au col. Ugo rebrousse alors chemin pour passer le relais à son frère Aubin au niveau du Belvédère de la Chambotte. La vue y est imprenable de jour mais là il fait encore nuit noire, donc frontale obligatoire! Parti en chaussures de route pour optimiser sur le plat, mais rendant du coup  les appuis un peu instables sur  terre mouillée, Aubin descend prudemment vers le lac, ménageant son entorse faite mi-septembre, pas encore tout à fait rétablie. Arrivé au ravito de Châtillon un peu devant le premier solo, il fonce sur Chanaz ou son papa Philippe l’attend pour le troisième relais. Début un peu chaotique, Philippe ne voit pas un fanion en début de course et effectue un petit détour de 5 min ! Le parcours jusqu’au col du Chat est vraiment très beau, typique d’un parcours de trail. Philippe y passe le relais à sa femme, Marie-Laure, pour un très joli parcours trail. Montée difficile jusqu’au relais de l’Aigle, puis descente ultra rapide jusqu’au Bourget-du-lac. Le dernier relayeur de la première équipe relais à 4 doublera Marie-Laure juste avant l’arrivée, mais la Scuderia reste première équipe mixte ! Au final toute la famille est ravie de sa journée à refaire évidemment !»

Robin Cattet, gagnant sur le GTL 34km : « Inscrit à la dernière minute sur ce trail de 34km (avec la naissance de mon premier enfant il y a 3 semaines, il était compliqué de prévoir à l’avance ma participation à l’épreuve), j’étais donc très heureux et motivé de prendre le départ à Chanaz sur un format de course que j’apprécie beaucoup avec un dénivelé important. Etant originaire de Brison St Innocent, désormais domicilié à Mâcon pour des raisons professionnelles, c’était une motivation supplémentaire de courir à domicile devant la famille venue me supporter et pour mon sponsor Hoka ! S’agissant du parcours, j’ai apprécié le tracé des organisateurs et découvert de nouveaux sentiers sur ce côté plus sauvage du lac. Comme à mon habitude, je suis parti sur un rythme rapide afin de me retrouver seul et ensuite pouvoir gérer mon effort jusqu’au col du Chat. Je connaissais ensuite la montée vers notre mythique Dent du Chat, les pentes sont raides, c’était top avec les bonnes jambes même si ça brûlait les cuisses sur le sommet au Molard Noir ! Ensuite, descente prudente pour éviter toute blessure. Une journée parfaite de bout en bout, c’était vraiment une belle découverte que cette édition du grand trail du lac, avec le soleil ! Tous les coureurs auront apprécié l’accueil et la présence des bénévoles tout au long du parcours. Merci à l’organisation !»

www.grandtraildulac.com

Photos Laurent Llopis
















© Création du site internet : Peggy Chopin - Mentions légales